Le carnet de voyage de la team Mapache

Le carnet de voyage de la team Mapache

Au mois de mai, une partie de l'équipe s'est envolée pour le Mexique. Le pays où l'aventure Mapache a vu le jour et où, sept ans plus tard, nos artisans sont toujours présents. Ce rendez-vous annuel fut l'occasion pour Jonathan, fondateur de la marque, d'emmener avec lui Claire et Lara, responsables marketing et communication, à la découverte des ateliers de fabrication de la marque. Retour sur ce voyage inoubliable avec les témoignages de Claire, Lara et Jonathan 🌞

Claire, responsable marketing

Quels étaient tes a priori sur le Mexique ?

J'avais quelques a priori sur le Mexique, notamment concernant la barrière de la langue, la nourriture épicée et l’insécurité qui peut parfois régner. Au sujet du voyage en lui-même, j’appréhendais la rencontre avec les artisans dans la mesure où je ne parle pas espagnol, et j'avais peur qu’ils ne perçoivent pas notre visite d’un bon œil contrairement à Jonathan qu'ils connaissent déjà bien.

Quel a été ton premier ressenti ?

 La première chose qui m’a marqué a été le fait d’être exclusivement entourée de gens qui parlaient espagnol. J’ai ressenti une sensation assez oppressante liée au fait de ne pas comprendre ce qu’il se disait autour de moi.

En revanche je n’ai pas été trop dépaysée. En effet, j’ai retrouvé tout ce que j’ai pu connaître et apprécier lors de mon voyage au Maroc il y a quelques années : les odeurs, le bruit, la dynamique autour de moi, etc…

Et ton ressenti tout au long du voyage ? 

Je me suis sentie chanceuse tout au long de ce voyage, tant personnellement que professionnellement. J’ai donc eu envie de vivre l’expérience mexicaine à 100% en m'adaptant et en m'intégrant au maximum à la culture locale. À tel point que je suis même repartie avec un souvenir encré dans ma peau à jamais.

Quelle est la chose que tu as préférée au Mexique ?

La nourriture *éclats de rire*. J’avais envie de tout goûter ! Je retiens surtout le tacos au poulpe grillé, les chilaquiles et la bière à la mexicaine : bière, jus de tomate et épices.

Mais évidemment, il y a aussi eu la rencontre avec nos artisans qui m’a permis de me sentir dans mon élément et en parfaite harmonie.

Qu’est-ce que cela t’a apporté professionnellement – as-tu pu répondre à tes objectifs ?

De la crédibilité avant tout, dans mes propos mais également en termes de compétences. Cela m’a aussi apporté de l’inspiration pour nos prochaines collections grâce à l’esthétique du pays mais aussi en observant ce dont nos artisans sont capables. Désormais je ressens encore davantage l’envie de relever de nouveaux challenges, de trouver des solutions à nos problèmes et de continuer à travailler main dans la main avec nos artisans avec qui j’ai pu établir une relation de confiance.

Et personnellement ? 

Cela m’a apporté une expérience supplémentaire dans un nouveau pays. J’ai également réalisé que j’étais une personne très adaptable et autonome. J’étais fière de voir que je n’avais pas perdue mon goût de l’aventure depuis mon voyage au Maroc. 

Une mini anecdote : 

Il faut savoir que mon père est un fin collectionneur de voitures Coccinelle miniatures et au Mexique, ce modèle est très répandu. Je crois même que c’est la voiture nationale ! Alors à chaque Coccinelle croisée dans la rue, je la prenais en photo sous tous les angles pour l'envoyer à mon père. Vous imaginez bien la surprise des Mexicains qui me regardaient très bizarrement *rires*.

Lara, responsable communication

Quels étaient tes a priori sur le Mexique ? 

Lorsque nous sommes partis au Mexique en mai dernier, cela faisait environ un an que je travaillais chez Mapache. J’avais donc déjà eu le temps de m’imprégner (à distance) de ce pays, de sa culture et du mode de vie local. Cependant, mon œil de française qui n’avait jamais voyagé hors de l’Europe avait forcément quelques a priori ! Parmi eux : la chaleur, la nourriture épicée et la dangerosité de certains endroits.

Quel a été ton premier ressenti ?

 Surtout de la fatigue, après 27 heures de voyage *rires*. Plus sérieusement, je me suis sentie immédiatement dépaysée. Les paysages, les odeurs, les bruits… Tout est très différent et il m’a fallu un temps d’adaptation pour appréhender ce que je n’avais jamais connu auparavant.

Et ton ressenti tout au long du voyage ? 

Ce voyage est passé à vitesse grand V ! Chaque jour, nous faisions la rencontre de nouveaux artisans, nous découvrions de nouveaux lieux et nous étions sans cesse stimulés. Je pense que le terme le plus approprié serait de l’émerveillement, notamment lorsque nous avons visité nos ateliers de fabrication. Voir de mes propres yeux les coulisses de la confection était assez magique.

Quelle est la chose que tu as préférée au Mexique ?

Les couleurs, sans hésiter. L’inspiration se trouvait partout autour de nous : les broderies flamboyantes des textiles, les couchers de soleil sur les routes désertiques, les murs des maisons... 

Qu’est-ce que cela t’a apporté professionnellement – as-tu pu répondre à tes objectifs ?

 D’un point de vue professionnel, mes objectifs étaient de saisir pleinement l’essence et le sens de l’identité mexicaine de Mapache, puis bien sûr de prendre mille photos et vidéos de ce voyage afin de les diffuser sur nos réseaux sociaux. Ces objectifs ont été atteints à mon sens car je suis rentrée en France avec une bonne dose de créativité !

Et personnellement ? 

Personnellement, ce voyage incarnait un challenge car il supposait que je sorte de ma zone de confort. C’est désormais chose faite : j’ai osé partir au bout de monde pour m’immerger au cœur d’une culture que je ne connaissais pas. Cela m’a permis de gagner en humilité et en maturité à la fois.

Une mini anecdote : 

En arrivant à l’aéroport à Lyon pour le trajet aller, mes billets n’étaient pas enregistrés. Je vous laisse imaginer le stress juste avant le grand départ !

Jonathan, fondateur de la marque 

Pour quelles raisons souhaitais-tu emmener Claire et Lara au Mexique ? 

La première raison, c’est évidemment la rencontre avec les artisans. De mon côté je les connais depuis des années. Il me semble important qu’elles puissent connaître les personnes avec qui elles échangent au quotidien et qu’elles comprennent réellement leur manière de travailler. Je voulais également qu’elles aient une véritable expérience du Mexique. Le Mexique, c’est l’identité de Mapache. Je souhaitais qu’elles tirent tout le positif de ce voyage et qu’elles comprennent de manière tangible si je puis dire, la vision de la marque.

Que ressens-tu lorsque tu es au Mexique ? 

Un grand sentiment de liberté et de possibilités. Les gens sont tellement accessibles et accueillants. Le Mexique est un pays chaleureux, sauvage et très inspirant. C’est tellement dépaysant en comparaison avec la France !

Quel a été ton ressenti lors de ce voyage ? 

Tout est passé très vite. Les journées étaient très intenses entre les rencontres, les voyages entre nos différents ateliers, le développement des produits et celui de la marque, etc. Cette semaine est passée à 1000 à l’heure et fut riche en émotions et en souvenirs.

Qu’est-ce que cela t’a apporté professionnellement – as-tu pu répondre à tes objectifs ?

J’ai en effet pu répondre aux objectifs que je m’étais fixé avec ce voyage, puisque on a passé un accord avec une nouvelle tannerie plus fiable et de meilleure qualité pour des questions d’engagements environnementaux qui me tiennent à cœur et qui sont importants aux yeux de nos clientes. En plus de cela, on va pouvoir proposer des produits encore plus qualitatifs.

Je suis reparti la tête pleine de nouvelles idées et surtout de nouveaux challenges !

Et personnellement ? 

Pour ma part ce voyage au Mexique est un rendez-vous annuel. Cela me permet de faire une vraie coupure dans mon quotidien. C’est toujours aussi agréable et enrichissant de revoir nos artisans et mes amis.

Une mini anecdote :

On a passé tout un week-end à San Miguel afin de se reposer après cette semaine très intense et nous logions dans une hacienda. L’après-midi, j’ai commis la terrible erreur de laisser la porte de ma chambre ouverte. En rentrant, j’ai découvert avec horreur des cucarachas (tr : blattes) ! C'est ainsi qu'a démarré une guerre sans merci contre ces bestioles qui courraient dans tous les sens et moi en train de hurler et de leur jeter mes chaussures dessus.

 

Suivez nos aventures sur Instagram @mapacheshoes

Retour au blog
  • Comment éviter la surconsommation à Noël ?

    Comment éviter la surconsommation à Noël ?

    La période des fêtes de fin d’année, qu’elle soit attendue ou redoutée, est souvent synonyme d’une consommation aux proportions démesurées, justifiée d’une manière plus ou moins approximative. La preuve en...

    Comment éviter la surconsommation à Noël ?

    La période des fêtes de fin d’année, qu’elle soit attendue ou redoutée, est souvent synonyme d’une consommation aux proportions démesurées, justifiée d’une manière plus ou moins approximative. La preuve en...

  • Sac-cuir-automne-pablo-camel-Mapache-Mexique-artisanat-local

    Nos 3 conseils pour faire durer votre sac en cuir

    Quoi de mieux que l'arrivée de l'automne et des jours frileux pour se demander comment entretenir son sac en cuir ? Provenant de la peau d'un animal, cette matière aussi naturelle...

    Nos 3 conseils pour faire durer votre sac en cuir

    Quoi de mieux que l'arrivée de l'automne et des jours frileux pour se demander comment entretenir son sac en cuir ? Provenant de la peau d'un animal, cette matière aussi naturelle...

  • Comment décorer son intérieur grâce à l'artisanat ?

    Comment décorer son intérieur grâce à l'artisan...

    Bien que les journées d’automne soient particulièrement douces et solaires en ce moment, le froid va s’installer progressivement durant les prochaines semaines… Chez Mapache, on est convaincus que le changement...

    Comment décorer son intérieur grâce à l'artisan...

    Bien que les journées d’automne soient particulièrement douces et solaires en ce moment, le froid va s’installer progressivement durant les prochaines semaines… Chez Mapache, on est convaincus que le changement...

  • Comment construire un dressing plus durable ?

    Comment construire un dressing plus durable ?

    L'un des points positifs lié à l'arrivée de l'automne est le changement qui s'effectue dans notre dressing lorsque les températures chutent (on vous glisse d'ailleurs l'un de nos derniers articles qui vous...

    Comment construire un dressing plus durable ?

    L'un des points positifs lié à l'arrivée de l'automne est le changement qui s'effectue dans notre dressing lorsque les températures chutent (on vous glisse d'ailleurs l'un de nos derniers articles qui vous...

1 de 4